Catégorie : Nouveauté

Randonnée de la nouvelle année !

Une nouvelle année démarre, l’occasion pour les Cylclanthropes de laisser derrière elles et eux l’année 2020, qui n’a pas permis de mener à bien tous les projets prévus : cyclomontagnarde des Vosges, voyage Club,…
Mais ce n’est que partie remise, et espérons que 2021 permette de renouer avec des activités plus classiques, sur tous les plans.
Pour ce nouveau départ, c’est une randonnée qui a rassemblé une vingtaine de cyclanthropes et leur famile (compagne ou enfants). Boucle au départ de Sainghin-en-Mélantois, à travers le bois de la Noyelle, le bois d’Infière et le tumulus dit Mont-des-tombes. Un peu plus de deux heures de marche, conclue par une galette et des boissons chaudes (thé, café, chocolat et Kinderpunsch). Un belle matinée pour se retrouver et discuter des nouveaux projets !

Retour sur Paris-Brest-Paris 2019

Pour les cyclanthropes, les sorties à vélo continuent, mais chacun en profite également pour faire des voyages plus lointains, avec tentes, en France ou à l’étranger. Alors, à cette époque où les maillots rouge et blancs sont visibles à différents endroits en même temps, c’est l’occasion de faire un retour sur une expérience de vélo. Après les impressions de Yohan, c’est au tour de David de revenir sur son expérience de Paris-Brest-Paris de l’été dernier ! 

De jambon beurre en jambon beurre… Paris Brest Paris en quelques heures !

Le confinement est l’occasion d’initier le compte rendu de ma participation au Paris Brest Paris 2019, la vie de famille et la reprise professionnelle ayant rapidement laissé en suspens ce souhait d’écriture… Aussi, ce temps forcé, chez soi, en famille, où notre rythme et nos habitudes sont chamboulés, est propice au souvenir… Une opportunité certaine de réfléchir au sens de nos vies, à nos attentes et au confort de cette existence…
Le Paris Brest Paris c’est une chance à portée de roue de vivre un temps avec soi-même, mais dans le confort d’un élan commun et d’une organisation aux petits oignons ! C’est loin d’une aventure dans les forêts de Sibérie, mais cela reste un défi que chacun est libre de vivre à sa façon. Les réalités des profils rencontrés, des enjeux et des choix opérés marquent la part de liberté liée à cette épreuve cycliste.
Ce Graal cyclotouristique n’ayant lieu que tous les quatre ans, c’est une première pour moi et comme toutes les premières fois, notre capacité de projection, notre imagination et même certaines appréhensions vont bon train à l’heure des préparatifs. La préparation justement, certainement la période clé de ce que seront ces quatre jours de vélo, et pour cela l’inscription impose une mise en situation progressive, avec la validation obligatoire d’au moins un brevet (BRM) de 200, 300, 400 et 600 km. Et cet hiver et printemps 2019, les conditions d’entrainements forts venteuses ont permis de tester les motivations et durcir les cuisses. Les candidats en préparation étaient toutefois nombreux et chaque brevet fut l’occasion de rencontres et d’échanges chaleureux ! Après avoir roulé plusieurs 200 et 300 km, je n’ai pu faire qu’un seul 400 et 600, tous deux au départ de Tournai (Be). Le 600 allait jusque dans les Fagnes et la belle ville médiévale de Monschau (All). Ce fut déjà de grands moments dans cette belle partie du parcours et une bonne mise en condition physique avec quelques heures de repos seulement au plus profond de la nuit, mal installé sur des chaises métalliques de quai de gare !
Mais revenons à ce 18 août 2019, ou plutôt même 17 août puisque l’homologation des vélos et le retrait de la plaque de cadre se fait la veille, et pour cette édition, une première, à la Bergerie nationale de Rambouillet, superbe écrin insuffisamment découvert sous la pluie. Le site accueille pour l’occasion le concours des Machines qui permet de rencontrer les artisans et d’admirer les montures spécialement imaginées pour l’épreuve.
La météo du lendemain est prévue plus clémente et à 19h30, c’est sous un beau soleil que la vague de 300 cyclistes du groupe « P » prend le départ pour un délai de 90 h et 1219 km. Je m’engage alors dans le flot d’un peloton qui sera ininterrompu jusque tard dans la nuit… se transformant en cheminement de lumières rouges oscillant au gré des perspectives… Ça y est c’est parti, je peux conjuguer au présent ce moment tant de fois sublimé par l’imagination…
La suite vous la connaissez ou l’imaginez tous, alors à quoi bon… on pédale comme des cons pendant 3 jours et demi en s’engouffrant des jambons beurres jusqu’à plus pouvoir, agrémentant le quotidien d’un mal au cul autant réel qu’imaginaire de s’infliger une telle pesanteur de fatigue…
M’enfin, c’est quand même bien davantage que ça et d’ailleurs je n’ai pas eu à souffrir de ma selle !
C’est tout d’abord le soleil qui décline progressivement sur la campagne au sortir de la Chevreuse et aux abords du Perche, le plaisir de croiser les propriétaires de petits bijoux artisanaux, notamment des randonneurs américains filant à l’ancienne sur leur 650b siglé B. Chapman ou d’autres grands noms… Après quelques dizaines de kilomètres en solo je trouve Bruno avec qui j’avais partagé des BRM l’année précédente, on roulera ensemble une partie de la soirée avant que les rythmes nous séparent.
La nuit est belle, le chemin balisé, j’ai plein de sandwich maisons en réserve alors on se laisse aller à divaguer et admirer le spectacle, premier arrêt rapide à Mortagne-au-Perche et premier contrôle à Villaine-la-Juhel, il est 5h, Paris s’éveille surement, mais ici les boulangeries n’ont pas fermé et proposent cafés et croissants à volonté ! Puis s’enchainent des kilomètres dont je garde moins de souvenirs, jusqu’à Fougères, second contrôle, kilomètre 306…dont on repart en se laissant glisser le long de ses remparts majestueux…
Je sais qu’au niveau de l’étang de boulet à Feins (35), un peu avant Tinténiac, ma compagne, les enfants ainsi que la belle-famille seront au bord de la route, le tracé ne passant qu’à quelques kilomètres de leur fief familial. Je les retrouve un peu avant midi avec émotions, ravi de pouvoir les embrasser et partager un peu de réalité cette aventure! Fruits secs, biscuits et yaourts pour ce ravitaillement personnalisé ; un grand merci de votre présence !
Tinténiac, kilomètre 360 ; 12 h 45, jambon beurre officiel et far breton, un peu de fatigue de la nuit, mais tout va bien sous le soleil…
L’après-midi sera plus exigeante, un petit vent se lève davantage et nous fait face… Avec joie je retrouve après une petite sieste au contrôle intermédiaire de Cadillac, Yohan, mon collègue des Cyclanthropes, parti une demi-heure après moi et qui roule, en compagnie de Thiéry, son père et de Fred, des expérimentés du Paris Brest Paris. Jusqu’à Loudéac on se donnera bien, en relais face au vent et avec la surprise de se retrouver locomotive de peloton ! On atteint Loudéac à 18 h 20 et on se fait un premier vrai repas au self du lycée, il y a beaucoup de monde, les pâtes trop cuites sont conformes à mes souvenirs de cantine… Le trio a prévu une douche et quelques heures de sommeil, je me tâte à faire comme eux malgré l’envie de rouler encore et le fait que j’avais envisagé de ne m’arrêter qu’à la nuit… Finalement, je choisis de rester en groupe et de suivre leur expérience ; les places pour dormir étant effectivement nombreuses ici, dans un gymnase devenu dortoir, rassemblant en rang d’oignon des dizaines de lits de camp. L’ambiance est un peu incongrue et surtout je ne suis pas rassuré quant à ma capacité de m’endormir à 20 h du soir ; le sommeil étant déjà une chose compliquée chez moi ! Et de fait des 4h de repos que nous nous sommes fixés, je ne fermerais pas l’œil, mais le corps se sera délesté d’un peu de fatigue.
Nous repartons après minuit pour Carhaix, en même temps que l’équipe du club de Loudéac… la nuit est froide et ça grimpe joliment pour sortir de la ville… j’ai envie d’avancer vite, comme pour compenser cet arrêt que j’aurais dû retarder et je file donc progressivement à bon train…. C’est à ce moment que je rentre vraiment dans l’épreuve et décide de suivre vraiment mon rythme et mes instincts… c’est aussi à partir de ce moment que commence à s’installer l’effort sur la durée ; deuxième nuit ; la magie de Paris Brest est là… Il est réjouissant de trouver au beau milieu de la nuit et au fin fond de la pampa des particuliers qui proposent aux noctambules à pédales, cafés et friandises… Cette partie semble belle, mais il faudra en juger à la lumière du retour… Il est de nouveau 4h00 du matin ; le temps habituel commence à se dissoudre…
Je me réchauffe d’une soupe au contrôle de Carhaix et me dope de café et de viennoiseries… Il reste 90km jusqu’à Brest, ces heures vont être les plus froides, l’ambiance est très humide et la température descend bien en dessous de 10 dans les monts d’Arrèe, certains parlent de 6, 5, et même 4… peu importe la précision, on a tous le même ressenti « glacial », la fatigue accentuant certainement les choses et les couches d’été insuffisantes… c’est assez dur, d’autant que se présente de longues descentes qui deviennent de véritables supplices…
Le levé d’horizon sur les monts d’Arrée est splendide et réchauffe le coeur, il s’exhale entre les hauteurs et les zones humides une atmosphère brumeuse majestueuse… les premiers calvaires de granite ouvragés s’éclairent progressivement, l’enclos paroissial de Sizun m’apparait dans toute sa splendeur et je redeviens un touriste flâneur le temps d’un café…
Brest se fait sentir et se fait attendre avec impatience… on finit par glisser jusqu’à la rade et trouver l’horizon maritime… l’entrée dans la ville se fait par le magnifique pont suspendu Albert-Louppe que j’avais eu l’occasion d’emprunter l’année précédente lors de l’épreuve du « Born to Ride » des phares de Chilkoot … je le retrouve avec le même plaisir que celui de revoir un vieil ami, puis traverse la ville jusqu’au jusqu’au contrôle où je fais tamponner mon carnet de route à 9h30. Ça fait 38 h que je suis parti de Rambouillet… J’imagine l’autre moitié dans cette continuité puisqu’il suffit de pédaler… je rentre toutefois davantage dans l’inconnu, ayant peu roulé les distances au-delà 600 km.
Au contrôle, j’ai le plaisir de retrouver Charlie et Valentin, partis une heure avant moi. Nous avons partagé de nombreux BRM cette année et l’on est heureux de reprendre la route ensemble. On prend notre temps pour sortir de la ville et se ravitailler… ce n’est pas une évidence de se lancer si rapidement sur le chemin du retour, par la même route de surcroit… ça parait même un peu stupide…
Finalement, c’est à notre tour de croiser les suivants encore en attente de Brest. Il fait maintenant chaud dans les monts d’Arrée… le paysage est à la hauteur de ce que l’on avait imaginé. De nouveau Carhaix, kilomètre 693, il est 14 h 30, pause pelouse, soleil et régime de banane ou presque ; je retrouve à nouveau Yohan, Thiery et Fred qui arrivent au contrôle…
Nous poursuivons avec Charlie et Valentin cette après-midi ensoleillée jusqu’à Loudéac, 90 km plus loin, après avoir passé le contrôle « secret » de St Nicolas du Pelem et apprécié les belles contrées vallonnées où nous étions cette nuit même en proie au brouillard et au froid. Y’a de l’ambiance sur le site, saucisse, merguez pour réchauffer les corps alors que la température tombe assez rapidement. Malgré une certaine fatigue, on repart vers 21 h, suffisamment ragaillardi pour s’attaquer à la soirée et la tombée de la nuit. On rencontre rapidement Mathieu, « Mr Pechtregon », qui concourt sur sa propre machine, accompagnée de sa compagne et d’Élisabeth qui pilote la machine des cycles Perrin… nous roulerons bon train, grandes discussions et brin de folie joyeux jusqu’à Tinténiac, comme si nous étions autour d’un feu pour y passer une nuit blanche… … il est 1 h 40 lorsque nous faisons tamponner notre carnet de route, nous en sommes au kilomètre 870 !
Je laisse ici les autres essayer de trouver une place dans les dortoirs bondés et repars seul après une courte pause… mon objectif de dodo est en effet un plus loin, où un lit m’attend dans la maison familiale à une vingtaine de kilomètres… j’amenuise à petite allure ces derniers kilomètres, plus aucun cyclo en vue et complètement las de cette journée interminable…
Quel plaisir d’atteindre son but et de retrouver un peu chez soi ! En mode robot je me restaure de pâtes froides préparées à mon intention et de tout ce qui se présente… l’animal à faim…, puis je tombe pour mes premières heures de sommeil depuis pratiquement 3 jours.
Le réveil me fait surgir de cette torpeur sans fond, quelques 4 h et demi plus tard, le corps lourd et rigide, mais reposé… le temps d’une douche et d’un petit déjeuner, de discuter et d’embrasser ma fille qui se lève juste à temps…. Je reprends le rythme oscillant des manivelles jusqu’au tracé du parcours…
« Entrer dans la danse, voyez comme on danse »… J’avais presque oublié les kilomètres qu’il restait et tous ces naufragés s’usant sur des départementales trop rectilignes, Sisyphes à vélo… absurde et heureux…
Fougères à nouveau, il est 10 h 15, c’est le kilomètre 923… il fait déjà chaud… J’embarque dans ma sacoche un ultime jambon beurre, par défaut, car j’en ai déjà que trop avalé, mais c’est tout ce qu’il y avait… c’est la dernière ligne droite, 300 km restent à parcourir et j’ai 27 heures pour cela, c’est large, je ne devrais normalement pas trop entamer la quatrième nuit !
Je retrouve vers midi Yohan, Thiéry et Fred qui sortent d’une pause-restaurant, ils ont dormi à Loudéac et sont repartis dans la nuit ; nous réunissons à nouveau les maillots Cyclanthropes et ça fait plaisir ! L’arrivée à Villaines-la-Juhel est merveilleuse de bonheur, c’est une haie d’honneur impressionnante de supporters agglutinés aux barrières, de banderoles et de haut-parleurs nous mettant dans l’ambiance d’une arrivée de grande classique.
Nous repartons pour les derniers 200 km après une pause en terrasse à l’écart du tumulte général ; l’après-midi est très chaude, mais le moral est au beau fixe et l’on roule à bon rythme dans cette partie vallonnée… retrouvant un peu plus loin la compagnie de Charlie et Valentin, mais aussi de Clément, autre Lillois, qui pilote la machine de Savarino… nous formons avec d’autres acolytes une joyeuse bande en route vers le bonheur… le rythme est soutenu et ça explose dans les bosses, un coup de moins bien plus loin et je m’arrête au ravito du club de Mamers avant la fringale… c’est une bonne adresse, y’a de la soupe et tout ce qui va bien de réconfort de la part des bénévoles du club…
J’atteins enfin Mortagne-au-Perche, il est 19 h 30… Charlie et Valentin m’ont devancé, ils profitent déjà du gazon et de la spécialité locale du boudin noir qui à ce moment de l’aventure réinvente le sandwich ; la température s’estompe légèrement, y’a des airs d’apéro, mais aussi de sieste… l’envie de s’arrêter un temps suffisant et de profiter, mais le but est trop proche et nous repartons au soleil couchant sans avoir pris le temps d’une sieste nécessaire…
La portion jusqu’à Dreux nous surprendra et s’avèrera très difficile, la nuit et le froid ayant rapidement investi cette zone boisée et vallonnée. Je grelote, mon corps est las de trop d’effort et j’ai oublié mes jambières quelques part… Terrassés, on n’avance pas, on pourrait se jeter dans le fossé quelques heures, mais le froid nous fait dire que ce n’est pas une bonne idée… C’est à ce moment qu’on regrette d’avoir été un peu trop prétentieux… Je crois qu’on partage tous les trois les mêmes sensations de toucher un peu nos limites… Un phare dans la nuit se présente au bout de la forêt, c’est le stand du club de Senonches, installé rue de la Petite Vitesse… À n’en pas douter ils sont au bon endroits, des Saint-Bernard avec café, chocolat et même massage… des bénévoles chaleureux que l’on n’a plus envie de quitter, d’ailleurs on fait connaissance, on discute, on s’épanche, cette maman nous parle de son fils qui aurait mon âge, et peu importe le temps qui s’écoule… tout se conjugue au présent et se vit à l’instant… On finit par arriver au contrôle de Dreux après ces moments dantesques, il est 1 h 15 ! Si certains sont encore bien lancés, on n’est pas les seuls à être bien fatigués, c’est un peu Zombieland dans la place…
Ce sera notre dernière pause, on se restaure encore et on fait une sieste de vingt minutes qui en paraissent deux quand le réveil résonne sur la table. C’est toutefois salvateur et les 45 derniers kilomètres se passeront avec plaisir, moins difficiles, mais aussi galvanisés par l’arrivée. Toujours soudés avec Charlie et Valentin, ultimes petits pelotons et ultimes rencontres, on fait connaissance d’un japonais avec qui on franchit la flèche d’arrivée dans une euphorie partagée, soulagés et fiers d’en être venu à bout. « Ici Rambouillet, 22 aout, il est 4 h 30 heure locale » … je crois que je me suis bien leurré sur mes prévisions de ne pas trop entamer cette 4e nuit ! Le chrono d’homologation reste toutefois large et je suis proche de l’objectif que je m’étais fixé avec 80h43 écoulées depuis le départ.
Cet Aller-retour jusqu’à l’océan fut pleinement convivial et restera c’est sûr gravé dans la mémoire. Je l’ai partagé avec les copains tout en sachant me retrouver lorsque nécessaire. La magie de cette épreuve réside dans les rencontres de ces cyclistes de tous les continents mais aussi des riverains qui offrent tant de réconfort. On aimerait juste parfois que le choix des routes soit plus pittoresque et bucolique, mais le tracé est ainsi et c’est l’aventure humaine et personnelle que l’on retient.

David Bardel, Lille, juin 2020. Dossard P202.

13 juin : direction les Caps !

Le déconfinement a permis aux cyclanthropes de renouer avec les sorties cyclistes, en solo, duo ou en groupe. Quelques précautions à prendre encore, toutefois, notamment pour ne pas franchir la frontière jusque-là interdite vers la Belgique (pourtant, le Mont Kemmel ou Ypres nous ont nargué à plusieurs reprises). Des sorties du côté de Marchiennes, de Bailleul et du Mont des Cats ont permis de se remettre tranquillement en jambes.
 
 Et ce samedi 13 juin, nous avons renoué avec les pratiques plus classiques du club : 150 km à destination des caps, avec un départ depuis Bourbourg, par Watten, la forêt de Tournehem, la belle et calme vallée du Wimereux, les deux caps et l’arrière-pays du Calaisis. Quelques mots de Dominique sur cette journée, ainsi que quelques photos !
C’est les jambes un peu lourdes que nous avons terminé cette belle journée de vélo. Les vallonnements du Boulonnais, et le vent de face assez soutenu sur les 30 derniers km y ont été pour quelque chose. Mais surtout, nous l’avons terminée toujours groupés dans l’effort et le sourire aux lèvres, à savourer de belles petites routes, des paysages variés et une campagne bien fleurie.
Et cerise sur le gâteau : on a vu l’Angleterre.
Ce fut donc une très belle journée, et la formule méritera d’être rééditée, avec pour la fois prochaine un arrêt repas sur Audresselles. Parcours à conserver : rien à jeter !
Nous étions à 8 au début, puis 9 à partir du km 50 – Un cyclanthrope déjà sur la côte a fait un bout de route avec nous jusqu’au cap Blanc Nez.
 
 

Confinement : retour sur Paris-Brest-Paris 2019 !

Pour un club de vélo, le confinement, c’est la fin de nos activités et de nos projets. , Plus de sorties de groupe en matinée. Plus de BRM ou de cyclos sur les traces des grandes classiques belges au printemps. Annulation de la participation à la cyclomontagnarde des Vosges, prévue début juillet et qui devait rassembler une dizaine de cyclanthropes.
En attendant la possibilité de reprise, qui risque d’être individuelle dans une premier temps, le confinement est donc l’occasion de revenir sur le Paris-Brest-Paris 2019, qui a été achevé avec succès par deux cyclanthropes, David et Yohan. C’est avec le récit de Yohan que nous démarrons ce premier article de rétrospective, plutôt écrit, les photos étant plutôt du côté de David.
Bonne lecture à vous, et au plaisir de se retrouver prochainement sur le vélo !
 

Le Paris-Brest-Paris 2019 de Yohan
Voilà, après un peu plus de six mois de préparation et quelques BRM mémorables (un 200 venteux à Mouscron, un 600 magnifique dans les Ardennes belges et au Luxembourg), le grand moment est venu : celui de participer à Paris-Brest-Paris (PBP pour les intimes) !
Mais comment se représenter 1219 kilomètres à effectuer dans un délai de 90h ? Je n’ai pas réussi à le faire dans le train de banlieue m’amenant au point de départ à Rambouillet. Le PBP démarre d’ailleurs la veille du départ, avec le contrôle des vélos (mes lampes vont-elles fonctionner ?) et le retrait du matériel officiel : plaque de cadre, gilet, bidon,… La pluie battante sur Paris et sa banlieue ce samedi ne rend guère optimiste, mais les prévisions météo sont bonnes, croisons les doigts.
Après un dimanche matin pluvieux donc, le ciel s’ouvre partir de 14h. Après, c’est la fin des préparatifs, la vérification ultime que les sacoches contiennent tout ce qu’il est prévu d’emmener. Pas trop bien sûr, mais de quoi affronter la nuit, le froid du petit matin dans la forêt bretonne,… Dans le train de banlieue, les concurrents montent à chaque station, des japonnais, des russes, des français. A la sortie de la gare de Rambouillet, deux surprises : je retrouve de manière impromptue David, l’autre Cyclanthrope engagé, et je crève dès la sortie de la gare (ce sera la seule avarie du parcours, hormis un rayon cassé sur la roue avant qui n’a pas eu d’incidence sur la suite).
Le départ rend fébrile, tous les cyclistes sont impatients d’en découdre avec ce parcours, la nuit, la fatigue. Et à 20h, c’est parti pour l’aventure !
Ce que je retiendrai de ce périple, c’est tout d’abord l’ambiance. Celle entre cyclistes, parfois très conviviale, comme lors de ces deux heures le dernier après-midi où dans un groupe composé de bric et de broc au fil du parcours, j’entendais parler anglais, français, allemand. Beaucoup de concurrents seuls aussi, qui luttent comme ils peuvent contre les kilomètres et s’accrochent aux roues. C’est d’ailleurs un phénomène assez surprenant : peu de volontaires pour prendre des relais, et il m’est arrivé, à l’occasion d’emmener un peloton de 30 à 40 cyclistes sans m’en rendre compte ! Et puis des concurrents qui viennent de partout : j’ai eu la plaisir de rouler avec des ukrainiens, des anglais de Bristol, des américains, italiens, japonais,… Beaucoup d’asiatiques d’ailleurs, dont des indiens pas toujours très bien équipés, ce qui m’a fortement surpris !
Ambiance aussi et surtout sur le parcours avec la présence de stands ouverts toute la nuit dans certains villages, ce qui permet de se sustenter à n’importe quelle heure ! Je garde un souvenir ému de la galette saucisse dévorée à trois heures du matin dans un village entre Tinténiac et Becherelle ! Certains n’hésitent pas à tenir devant chez eux des stands avec café, ravitaillement en eau et en aliments sucrés, jusque tard dans la nuit. C’est réconfortant de trouver un café au milieu de la nuit, en plein Centre Bretagne, quand il fait très frais (la température est descendue jusqu’à 5 degrés), et d’échanger quelques mots avec ces habitués qui ne rateraient le passage de PBP sous aucun prétexte. Un souvenir de l’arrivée à Loudéac à l’aller, le lundi vers 18h30, après les 445 km du premier jour, où toutes les personnes présentes félicitent, applaudissent ! Le sommet a été atteint à Villaine-la-Juhel, sur le retour, après donc 1 000 km : l’arrivée vers 15h30 a eu lieu dans un ambiance de stade avec une foule impressionnante assistant à l’arrivée des concurrents, les encourageant, applaudissant là aussi ! Une vraie dose d’énergie pour repartir !
L’autre grand moment est bien sûr le passage à Brest, avec la traversée de la rade sous le soleil (bon, quelques gouttes sont tout de même tombées, histoire de ne pas faire mentir la légende !). Cette deuxième journée, entre Loudéac et Loudéac, via Carhaix et Brest, a d’ailleurs été formidable : la traversée de la forêt de Huelgoat dans les brumes du petit matin, la montée du Roc Trévézel au petit matin, la vue sur la lande des monts d’Arrée, les arrêts à Sizun,… J’ai adoré ce passage du parcours !
Heureusement, les jambes et la tête ont répondu présent pour affronter cette épreuve. Pourtant, le premier soir, je n’en menais pas large : un petit malaise en faisant la queue pour le repas (sans gravité) et des irritations déjà prononcées au fessier n’auguraient rien de bon. Mais le repas, la nuit puis la crème magique transmise par mon père m’ont permis de remonter en selle sans trop de douleur et de mener à bien ce périple.
J’ai pris beaucoup de plaisir à effectuer cette randonnée en compagnie de mon père, Thiéry (2e PBP), et de son cousin Frédéric (5e PBP), du club de Boeschèpe. Manquait malheureusement mon frère Gaëtan, qui n’a pas pu prendre le départ suite à une blessure récente à un genou. Le niveau sur le vélo était homogène, ne mettant personne en difficulté, et j’ai pu profiter de leur expérience de ce genre d’épreuve au long cours, moi qui n’avait qu’un seul 600 km auparavant dans les jambes. Comme prévu, il faut gérer les moments de moins bien (très peu nombreux pour moi, tant mieux, quelques heures entre Fougères et Villaines-la-Juhel au retour) et de mieux sans euphorie (même s’il est parfois difficile de se retenir dans certaines ascensions !).
Car si PBP est impressionnant par sa distance, c’est aussi une véritable épreuve étant donné son dénivelé. Presque aucun passage de plat, toujours des montées ou des descentes plus ou moins prononcées, avec des ascensions qui ne sont jamais longues, mais peuvent être pentues comme en Centre Bretagne. Ce parcours usant, éprouvant, est vraiment un périmètre à prendre en compte dans la préparation !
Je suis donc ravi de cette expérience, qui n’a pas été une expérience des limites. Les trois nuits de sommeil, si elles ont été courtes (3h30 à 4h) ont permis de rester lucide et de profiter du parcours. La fin de l’épreuve rappelle à quel point le corps a été éprouvé, mais quelques nuits de sommeil ont permis de se remettre sans trop de difficultés. C’est vraiment une épreuve à découvrir, pour ceux qui ont un attrait pour la longue distance ou l’endurance. Est-ce que je referai ? Le jour même de l’arrivée, j’aurai dit non. Quelques mois après, la réponse est beaucoup moins définitive…

Septembre : l’heure de la reprise

C’est la rentrée pour les cyclanthropes : jolie sortie de 90 kms à l’est de Ypres, on a longuement discuté de l’été de chacun (Paris-Brest-Paris, voyages, BRM,…repos !) et savouré un arrêt café dans un petit bistrot familial en terres flamandes, avec biscuit, chocolat et advocaat !
Si vous avez pris des bonnes résolutions pour la rentrée, n’hésitez pas à nous contacter pour vous joindre à nous !
 

Les BRM du printemps

Le printemps a été consacré à de nombreux BRM. David et Yohan ont rempli leur objectif, avec la série des 200, 300, 400 et 600 km, ce qui leur permet de se qualifier pour Paris-Brest-Paris. Départ prévu ce dimanche !
Les BRM, accomplis aussi par d’autres cyclanthropes, ont parfois eu lieu dans des conditions difficiles (vent, pluie), et ont permis de découvrir à la fois la région, mais aussi la Belgique, avec de nombreuses visites dans le plat pays (pas si plat que veut bien le chanter Brel), mais aussi l’Allemagne et le Luxembourg selon les parcours choisis.
Voici le récit du BRM 600 de David :
 

Petit retour sur le BRM 600 de Tournai, organisé par l’ Union Audax Tournai les 22 et 23 juin
Nous étions 16 au départ du brevet à prendre la direction de l’Eifel et des Fagnes, jusqu’au point extrême de Monschau (Montjoie – Allemagne) avec passage à proximité de Malmedy… départ à 5h50 avec deux compagnons rencontrés le matin même, Robert D. du CC Roubaix avec qui j’avais déjà eu l’occasion de partager des BRM cette année et Raphaël, jeune coureur du CC Villeneuve St Germain…., nous avons ensuite été rejoint par Yves W. , randonneur des plus assidus (en tête du classement kilométrique des randonneur.be) et avec qui nous avons partagé d’autres BRM … le petit groupe a varié au fil des kilomètres et nous avons aussi fait la rencontre de Clément P. dans la matinée, autre cycliste ultra, fort expérimenté, avec qui je partagerais la journée du lendemain..
Un grand  plaisir de rouler sous un beau ciel bleu et une température agréable, bien qu’un petit vent de fond et de face 😉 soit présent sur une bonne partie de la journée, s’éclipsant dès les premiers dénivelés ardennais entamés après avoir passé le large couloir de la Meuse… pour monter progressivement vers les points culminants de la Belgique, en passant par l’abbaye du Val-dieu (contrôle à Aubel)  jusqu’à découvrir vers 20h l’exceptionnel panorama de la ville médiévale de Monshau offert par l’arrivée en surplomb de la ville, avec vue sur le château ….  
Kilomètre 280 et point fort civilisé du parcours ce fut l’occasion d’une pause conséquente devant un repas chaud de lasagnes accompagnées d’une bière, afin d’entamer la nuit sereinement…N’ayant pas prévu d’hôtel, nous avons repris la route à deux avec Clément, se fondant progressivement dans l’obscurité sur les chemins et ravels agréables du parc naturel des Fagnes. La suite fut agrémentée d’un passage revigorant à Aywaille, qui n’est pas moins que le Hawaï de la Wallonie, blottie dans un méandre de l’Amblève, ville réputée pour faire la fête d’après l’ambiance sur place à 1h du mat… Pour éviter l’enlisement de la nuit et de la fatigue gagnante, nous avons opté pour frites-mayo en terrasse et nos oreilles sont restées médusées par l’élan d’un Dj qui, micro en main et playlist 80 dont « Gigi l’amoroso »… m’a rappelé quelques vieux souvenirs de bals de jeunesse.
Nous avions prévu d’aller jusqu’au contrôle de Poulseur puis de voir les possibilités d’une pause à ce moment… kilomètre 360, 2h du mat, une photo devant le panneau de la gare et un quai plutôt accueillant avec son auvent…  Clément étant son matelas et se blotti dans son sursac et je m’étant sur les 3 chaises métalliques qui forme la « salle d’attente », essayant de me blottir tant bien que mal dans une couverture de survie pénible et bruyante à déplier … spartiate soit… officiellement pas de train avant 6h le matin mais s’était oublier ceux de service.., la lumière automatique de 4h … quelques petites somnolences plus tard mais toutefois salvatrices, nous avons repris la route vers 5h dans la fraicheur matinale et le dénivelé brutal de la vallée de l’Amblève, pour trouver un sacré point de vue sur le lever de soleil…
La suite, … après avoir regagné la vallée de la Meuse et quelques halages… c’est un café et viennoiseries tant attendus, en arrivant à Namur, sixième contrôle au km 436 … et le retour sur des routes wallonnes plus détériorées jusqu’au secteur de Charleroi, continuant ensuite avec un passage en France autour de Villers-sur-Nicole (7e et dernier contrôle, km 525)…  Passage du col de Landélies, attention 177m J J ….. une belle descende surtout pour gagner la vallée de l’Escaut….  La journée de dimanche fut parfois quelque peu alanguie par la forte chaleur et les fesses « attendries » par les plaques béton et nid de poule typiquement hainuyère …. Un milieu de journée rythmé par des pauses boissons, quelques passages plus rafraichissant sur les halages de l’Escaut… une pause pour regarder les coureur d’un critérium et rentrer à Tournai-Warchin pour 18h, 36h après nos premiers coups de pédale…  Premier 600 pour moi et inscription validé pour Paris Brest Paris.
David

Week-end club 2019 – Malmédy

Une fois de plus, le week end club a été une complète réussite : bonne ambiance, bon hébergement, beau temps, beaux parcours…exigeants, mais dans des paysages magnifiques, et toujours groupés – sauf dans les passages très raides où c’est chacun pour soi !
Nous avons pris le départ samedi matin depuis l’auberge de Jeunesse de Malmédy (Ardennes belges), pour une première boucle vers l’Allemagne (125 kms 1400md+), et le massif de l’Eifel. avec comme points forts : l’ancienne voie ferrée de Fagnes, aménagée en voie cyclable- ce qui nous a permis d’avoir un démarrage en douceur, une pause repas où Pierre a pu pratiquer son allemand ! , digestion tranquille en longeant sur 10kms de piste les rives du lac du parc national de l’Eifel, puis les choses sérieuses ont recommencé – nous avons rallié Monschau – joli village médiéval, après une côte très sévère (1,6 km à 11% de moyenne) en pleine chaleur – retour plus tranquille par de légers vallonnements – quand même 1400 m de dénivellation sur cette première journée de mises en jambes.
Nous logions à 300 m du démarrage de la côte prévu en début de circuit le lendemain, nous avons fait une petite promenade digestive après le diner à l’AJ pour repérer les lieux… et se faire peur ! chacun y est allé de de ses estimations de pente – j’ai le résultat : l’enregistrement donne quand même les 600 premiers mètres à 16% de moyenne, avec passages à 19%….et au total 1,1 kms à 13% de moyenne.
Le dimanche donc, le parcours relativement court (environ 125 kms … mais quand même 2400 m D+ annoncé par openrunner ! ) nous a permis de découvrir les Ardennes belges et les charmes des différentes côtes majeures de Liège Bastogne Liège (côtes – de la ferme Libert, la première du circuit, peu connue, mais pourtant la plus raide, dumaquisard, – du rosier, – de la Redoute, – de Stockeu … et d’autres moins célèbres). Routes majoritairement tranquilles, et sous une température pas trop élevée – ce fut apprécié – pause repas à Aywaille et retour à l’AJ – douche et retour sur Lille.

Les photos du week-end !
Clics

Bienvenue

Bienvenue sur le nouveau site des cyclanthropes, club cyclotouriste de Lille ! Vous retrouverez ici quelques récits de nos voyages, sorties, et les détails pour nous rejoindre si vous avez envie de pédaler avec nous !

BRM 200 – Mouscron – 9 mars

En ce samedi 9 mars venteux (vraiment limite pour faire du vélo…), deux cyclanthropes ont traversé la Belgique à l’occasion du BRM 200 de Mouscron : Bruges, Middlekerk et sa digue, Ypres. Un beau parcours, sans dénivelé, mais que le vent a rendu très exigeant !
 

Chargement